Enquête exclusive : Les femmes : pouvoir d’achat, arbitrages budgétaires et de consommation

Infographie : La situation financière des françaises

Avec des revenus moyens inférieurs de 36% par rapport aux hommes, les femmes sont plus exposées à une situation financière tendue et renoncent aux achats « plaisir »


  • Le revenu net des femmes est de 1411 euros par mois en moyenne (- 802 euros par rapport à celui des hommes : 2213 euros en moyenne) . Cela est dû à la combinaison de 2 facteurs : les femmes travaillent davantage à temps partiel (28% vs. 8% pour les hommes) et leurs revenus sont inférieurs aux hommes à catégorie professionnelle égale.
  • Elles accordent un budget inférieur sur l’ensemble des dépenses de première nécessité comme l’alimentation (323 euros en moyenne par mois), l’énergie (112 euros en moyenne par mois), les transports (102 euros en moyenne par mois), la santé (97 euros en moyenne par mois)
  • En revanche, leur budget consacré au logement est supérieur aux hommes (508 euros en moyenne par mois vs. 450 euros pour les hommes - 40% des femmes déclarent vivre avec des enfants vs. 28% des hommes)
  • Les femmes sont plus exposées à une situation financière tendue :
    o Une femme sur 4 (24%) déclare avoir souvent du mal à boucler ses fins de mois (vs. 15% des hommes)
    o La moitié des femmes (47%) déclarent avoir été à découvert au cours des 12 derniers mois (vs. 34% des hommes)
  • Les femmes font preuve d’organisation dans la gestion de leur budget et de leurs dépenses
    o 85% d’entre elles déclarent planifier le financement de dépenses importantes, pour la moitié au moins 6 mois avant
    o 15% d’entre elles souscrivent un crédit à la consommation pour financer leurs projets, comme l’achat d’une voiture ou des travaux d’amélioration dans le logement. Le recourt au crédit s’effectue dans une proportion moindre pour les femmes ( vs. hommes : 19%).
  • Les femmes sont également astucieuses et adeptes des bons plans pour améliorer leur pouvoir d’achat : elles attendent les soldes ou les ventes privées (74%) pour faire leurs achats, privilégient les produits en promotion ou à prix cassés (64%) et les programmes de fidélité pour avoir des offres et remises intéressantes (63%)

Villeneuve d’Ascq, le 3 mars 2019 – À l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes le 8 mars, Cofidis publie ce jour les résultats de l’enquête « Les femmes : pouvoir d’achat, arbitrages budgétaires et de consommation », réalisée en collaboration avec l’institut CSA Research. Cofidis interroge régulièrement les Français sur leur budget et leur comportement d’achat.

Parmi les résultats marquants, le revenu des femmes est de 1411 euros nets par mois en moyenne (- 802 euros par rapport à celui des hommes : 2213 euros en moyenne)1. Leur revenu médian est de 1350 euros nets par mois (vs. 2100 euros pour les hommes), ce qui signifie que la moitié des femmes gagnent moins de 1350 euros nets par mois. A temps complet, la différence de revenus entre les hommes et les femmes est de 570 euros en moyenne par mois (le revenu net est de 1782 euros en moyenne par mois pour les femmes vs. 2282 euros pour les hommes). A temps partiel, la différence de revenus entre les hommes et les femmes est plus faible (286 euros – le revenu net est de 1635 euros en moyenne par mois pour les hommes et 1349 euros pour les femmes).

Même si elles ont des capacités financières inférieures aux hommes, les femmes ont paradoxalement ressenti une baisse plus limitée de leur pouvoir d’achat au cours des 12 derniers mois (48% vs. 59% des hommes), Elles semblent également plus optimistes pour l’avenir : 46% des femmes anticipent une baisse de leur pouvoir d’achat dans les 12 prochains mois (vs. 54% des hommes).

Le logement est leur premier poste de dépenses (508 euros en moyenne chaque mois, supérieur aux hommes : 450 euros). Cela peut s’expliquer par le fait que 40% des femmes déclarent vivre avec des enfants (vs. 28% des hommes) et ont ainsi besoin d’un logement plus grand donc plus coûteux. En revanche, les femmes accordent un budget inférieur aux hommes sur les autres dépenses de première nécessité : l’alimentation (323 euros par mois en moyenne vs. 416 euros pour les hommes), l’énergie (112 euros par mois en moyenne vs. 141 euros par mois pour les hommes), les transports (102 euros par mois en moyenne vs. 119 euros en moyenne pour les hommes) et la santé (97 euros par mois en moyenne vs. 146 euros pour les hommes). Le poids financier de ces dépenses est particulièrement lourd chez les femmes ayant un ou des enfant(s) à charge. Elles gagnent en moyenne 1588 euros net par mois et consacrent plus de 90% de leur revenu aux dépenses de première nécessité.


Les femmes sont plus exposées à une situation financière tendue : un quart des femmes (24%) déclarent avoir souvent du mal à boucler leurs fins de mois (vs. 15% des hommes). Par ailleurs, la moitié des femmes (47%) déclarent avoir été à découvert au cours des 12 derniers mois (vs. 34% des hommes). Enfin, une femme sur 5 (21%) a dû emprunter de l’argent à son entourage au cours des 12 derniers mois (vs. 11% des hommes).

Face à cette situation, les femmes s’organisent. Tout d’abord, elles font preuve d’anticipation dans la gestion de leur budget : 85% d’entre elles déclarent planifier le financement de dépenses importantes. Pour près de la moitié d’entre elles (45%), elles planifient au moins six mois à l’avance.

Par ailleurs, elles sont très attentives aux types de dépenses et n’hésitent pas à limiter leurs achats, en priorité les dépenses « plaisir ». On observe en effet que 70% d’entre elles ont renoncé à un achat important ou à un projet faute de moyens financiers au cours des 12 derniers mois (vs. 57% des hommes). Parmi les principaux projets ou achats auxquels elles ont renoncé figurent un voyage (39%), une activité de loisirs / une sortie (37%) et un achat de vêtements (36%). À noter qu’elles accordent également un budget plus faible que les hommes aux achats « plaisir » : habillement (59 euros en moyenne par mois vs. 66 euros pour les hommes), loisirs (43 euros en moyenne par mois vs. 61 euros pour les hommes) et équipement de la maison (43 euros en moyenne par mois vs. 71 euros pour les hommes).

15% d’entre elles souscrivent un crédit à la consommation pour financer leurs projets, comme l’achat d’une voiture ou des travaux d’amélioration dans le logement (femmes âgées de 18 ans et plus au cours des 12 derniers mois, soit 4 millions de femmes). Le recourt au crédit s’effectue dans une proportion moindre pour les femmes que pour les hommes (19%). 56% d’entre elles ont souscrit un crédit et 30% ont 2 crédits. Elles ont emprunté 7973 euros en moyenne vs. 9390 euros pour les hommes2 .

Les femmes sont également plus astucieuses et adeptes des bons plans pour améliorer leur pouvoir d’achat : elles attendent les soldes ou les ventes privées (74%) pour faire leurs achats, privilégient les produits en promotion ou à prix cassés (64%) et les programmes de fidélité pour avoir des offres et remises intéressantes (63%).

« Subissant une situation financière plus tendue que les hommes, les femmes se révèlent comme des gestionnaires réfléchies et responsables, qui anticipent leurs achats et sont contraintes de renoncer à certaines dépenses pour assumer les postes budgétaires de première nécessité comme le logement, l’alimentation, l’énergie, le transport et la santé. De fait, elles ont également des capacités d’emprunt plus faible que les hommes, ce qui réduit mécaniquement leur propension à réaliser des projets », déclare Céline François, Directrice Marketing de Cofidis France.

La situation financière des françaises

Pour télécharger l’infographie des résultats de l’enquête, cliquez ici

Résultats détaillés

1411 euros nets par mois, le revenu moyen des femmes en France

Le revenu mensuel des femmes est de 1411 euros nets en moyenne (- 802 euros par rapport à celui des hommes : 2213 euros en moyenne)1. Leur revenu médian est de 1350 euros nets par mois, ce qui signifie que la moitié des femmes gagnent moins de 1350 euros nets par mois.

On observe des différences significatives selon :

  • La durée du travail : les femmes travaillant à temps complet gagnent 1712 euros nets par mois en moyenne (vs. 2282 euros pour les hommes) et celles travaillant à temps partiel gagnent en moyenne 1349 euros nets par mois (vs. 1635 euros pour les hommes). A noter que 28% des femmes déclarent travailler à temps partiel vs. 8% des hommes.
  • La profession : les femmes Cadres/Professions libérales gagnent 2059 euros nets par mois en moyenne (vs. 2762 euros pour les hommes). Les femmes « Employées » gagnent 1377 euros nets par mois en moyenne (vs. 1583 euros pour les hommes). Les femmes « Retraitées » gagnent 1884 euros net par mois en moyenne (vs. 2388 euros pour les hommes). Les femmes « Artisans / commerçantes / Chefs d’entreprise » gagnent 1318 euros nets par mois en moyenne (vs. 2299 euros pour les hommes).
  • La situation personnelle : les femmes avec un ou des enfant(s) à charge gagnent 1588 euros net par mois en moyenne (vs. 2243 euros pour les hommes, soit un écart de 655 euros par mois).

À noter que 35% des femmes et 13% des hommes déclarent toucher des aides financières / allocations. Cela peut s’expliquer par le fait que 40% des femmes déclarent vivre avec des enfants (vs. 28% des hommes). Le montant de ces aides est de 362 euros en moyenne pour les femmes et 318 euros en moyenne pour les hommes.

Une perception de baisse du pouvoir d’achat plus limitée par rapport aux hommes

Dans le contexte du mouvement des « gilets jaunes », les inquiétudes liées au pouvoir d’achat exprimées depuis plusieurs mois par les Français semblent toucher davantage les hommes que les femmes : 48% des femmes déclarent avoir constaté une baisse de leur pouvoir d’achat au cours des 12 derniers mois (vs. 59% des hommes) ; 38% déclarent que leur pouvoir d’achat est resté stable (vs. 30% des hommes) et seules 14% qu’il a augmenté (vs. 11% des hommes). C’est assez paradoxal puisque ces dernières ont des capacités financières inférieures. Les femmes sont également moins nombreuses à anticiper une baisse de leur pouvoir d’achat pour l’année à venir (46% vs. 54% pour les hommes, un écart de 8 pts).
« Les femmes ont une perception de baisse plus limitée de leur pouvoir d’achat que les hommes. Cela peut s’expliquer par le fait qu’un tiers des femmes déclarent toucher des aides financières, qui viennent compléter leurs salaires, et que ces aides sont plutôt stables », précise Céline François.

Un budget inférieur accordé aux dépenses de première nécessité

Les femmes accordent un budget inférieur sur l’ensemble des dépenses de première nécessité :

  • Alimentation : 323 euros par mois en moyenne (vs. 416 euros pour les hommes).
  • Énergie : 112 euros par mois en moyenne (vs. 141 euros par mois pour les hommes)
  • Transports : 102 euros par mois en moyenne (vs. 119 euros pour les hommes)
  • Santé : 97 euros par mois en moyenne (vs. 146 euros pour les hommes)

En revanche, le logement est leur premier poste de dépenses (508 euros en moyenne chaque mois, supérieur aux hommes : 450 euros). Cela peut s’expliquer par le fait que 40% des femmes déclarent vivre avec des enfants (vs. 28% des hommes) et ont ainsi besoin d’un logement plus grand.

Les postes de première nécessité sont particulièrement lourds pour les femmes ayant un ou des enfant(s) à charge. Avec un revenu net mensuel de 1588 euros en moyenne, elles consacrent 673 euros en moyenne au logement, 396 euros en moyenne à l’alimentation, 138 euros en moyenne à l’énergie, 114 euros en moyenne à la santé et 131 euros en moyenne aux transports. Au total, c’est plus de 90% de leur revenu mensuel qui est consacré à ces dépenses. A noter qu’une femme sur 2 avec un ou des enfant(s) à charge déclare toucher des aides financières (390 euros en moyenne par mois).

Une situation financière souvent plus tendue qui impose aux femmes de faire des arbitrages budgétaires

Les femmes sont exposées à une situation financière tendue


  • Un quart des femmes (24%) déclarent avoir souvent du mal à boucler leurs fins de mois (vs. 15% des hommes), notamment les femmes seules avec un ou des enfant(s) à charge (39%) et les CSP- (29%).
  • La moitié des femmes (47%) déclarent avoir été à découvert au cours des 12 derniers mois (vs. 34% des hommes), notamment les femmes seules avec un ou des enfant(s) à charge (56%).
  • Une femme sur 5 (21%) a dû emprunter de l’argent à son entourage au cours des 12 derniers mois (vs. 11% des hommes), notamment les femmes seules avec un ou des enfant(s) à charge (37%) et les jeunes de moins de 35 ans (30%),

Face à cette situation, les femmes s’organisent. Tout d’abord, elles font preuve d’anticipation dans la gestion de leur budget : 85% d’entre elles déclarent planifier le financement de dépenses importantes, notamment celles qui habitent des communes rurales (91%) et les femmes seules avec un ou des enfant(s) à charge (91%).

Par ailleurs, elles sont très attentives aux types de dépenses et limitent les achats « plaisir ». On observe en effet que 70% d’entre elles ont renoncé à un achat important ou à un projet faute de moyens financiers au cours des 12 derniers mois (vs. 57% des hommes), notamment les femmes seules avec un ou des enfant(s) à charge (81%) et les femmes de 35 à 49 ans (78%). Parmi les principaux projets ou achats auxquels elles ont renoncé figure un voyage (39%), une activité de loisirs / une sortie (37%) et un achat de vêtements (36%).
À noter qu’elles accordent également un budget plus faible que les hommes aux achats « plaisir » : habillement (59 euros en moyenne par mois vs. 66 euros pour les hommes), loisirs (43 euros en moyenne par mois vs. 61 euros pour les hommes) et équipement de la maison (43 euros en moyenne par mois vs. 71 euros pour les hommes).

Les femmes sont astucieuses pour améliorer leur pouvoir d’achat

Les femmes sont également astucieuses et adeptes des bons plans pour améliorer leur pouvoir d’achat, notamment les femmes Cadres / Professions libérales, les CSP+ et celles habitant dans les grandes villes.

Parmi les pratiques auxquelles elles ont recours :

  • Acheter en soldes ou en ventes privées (74% vs. 66% des hommes)
  • Acheter des produits en promotion ou à prix cassés (64% vs. 55% des hommes)
  • Participer à des programmes de fidélité pour avoir des offres et remises intéressantes (63% vs. 50% des hommes)
  • Acheter/revendre un produit d’occasion sur internet ou en vide-greniers (60% vs. 40% des hommes)

Méthodologie de l'enquête

Une étude réalisée par CSA Research pour Cofidis France, par questionnaire auto-administré du 22 au 29 janvier 2019 auprès d’un échantillon de 1000 Français âgés de 18 ans et plus, représentatif de la population française, construit selon la méthode des quotas sur les critères de sexe, d’âge, de profession du répondant, de région de résidence et de taille d’agglomération.

À propos de COFIDIS France

Avec 2 millions de clients et 350 enseignes partenaires, Cofidis est depuis plus de 30 ans l’un des principaux acteurs du crédit à la consommation en France (crédits renouvelables et prêts personnels, solutions de paiement, assurance, rachat de créances et partenariats). Acteur fortement engagé dans l’accompagnement de ses clients, Cofidis s’appuie sur un conseil personnalisé, des outils & services innovants et la pédagogie du crédit pour faire du consommateur un acteur de son budget, informé et responsable. Cofidis contribue également au dynamisme commercial des enseignes de distribution et sites e-commerce grâce à des solutions performantes et sur-mesure en matière de facilités de paiement (carte 4 étoiles, 1euro.com, 3xCB, crédit amortissable). Pour en savoir plus : www.cofidis.fr et www.cofidis-retail.fr

Contacts presse

Xavier Roc – xavier.roc@agencebabel.com - Tel : 01 53 00 10 58 / 06 79 61 64 28

Mathilde Ozanne – mathilde.ozanne@agencebabel.com – Tel : 01 53 00 10 80 / 06 09 99 13 84

(1) Ces montants sont basés sur du déclaratif et concernent les revenus nets mensuels avant prélèvement à la source de l’impôt sur le revenu si la personne interrogée est concernée. Ils incluent les revenus des personnes interrogées qui travaillent à temps partiel et à temps complet (28% des femmes déclarent travailler à temps partiel vs. 8% des hommes). Ils n’incluent pas les aides financières / allocations perçues (35% des femmes et 13% des hommes déclarent toucher des aides financières / allocations. Le montant de ces aides est de 362 euros par mois en moyenne pour les femmes et 318 euros par mois en moyenne pour les hommes).
(2) Enquête Cofidis / CSA, Portrait-robot des emprunteurs, mai 2018.