L'assurance chômage

protection clavier

Qu'est-ce que l'assurance chômage ?

L'assurance chômage permet aux anciens salariés de percevoir une indemnité le temps de retrouver un nouveau travail. Dispositif d'aide national, l'allocation d'aide au retour à l'emploi (ARE) est versée par Pôle Emploi suite à un licenciement, une rupture conventionnelle ou dans certains cas une démission, si elle est dite légitime.

Qui peut en bénéficier ?

  • Pour pouvoir bénéficier de l'assurance chômage, vous devez :
  • Avoir perdu votre emploi de manière involontaire et être actuellement inscrit sur la liste des demandeurs d'emploi. Si vous avez démissionné, la raison doit être justifiée. Certains motifs comme la non-perception de salaire ou le suivi du conjoint vous ouvrent les droits à l'assurance.
  • Être à la recherche effective d'un emploi.
  • Ne pas avoir atteint l'âge légal de départ en retraite et être apte à travailler physiquement.
  • Avoir été affilié au minimum 4 mois à l'assurance chômage au cours des 28 derniers mois ou au cours des 36 derniers mois pour les plus de 50 ans.
  • Résider en France métropolitaine, dans un département d'outre-mer (hors Mayotte), dans les collectivités d'outre-mer de Saint-Barthélemy, Saint-Martin, Saint Pierre et Miquelon ou dans la principauté de Monaco.

Durée d'indemnisation

La durée d'indemnisation de l'assurance chômage est proportionnelle à l'ancienneté du dernier contrat de travail. Elle ne peut cependant pas dépasser les 24 mois correspondant à la durée légale des allocations chômage versées par Pôle Emploi. Les personnes de plus de 50 ans peuvent percevoir l'assurance jusqu'à 36 mois.


  • Concrètement :
  • Si vous avez travaillé 6 mois durant les 22 derniers mois, vous serez indemnisé pendant une durée de 7 mois.
  • Si vous avez travaillé 12 mois durant les 20 derniers mois, vous serez indemnisé pendant une durée de 12 mois.
  • Si vous avez travaillé 16 mois durant les 26 derniers mois, vous serez indemnisé pendant une durée de 23 mois.
  • Si vous avez plus de 50 ans et que vous avez travaillé 27 mois durant les 36 derniers mois, vous serez indemnisé pendant une durée de 36 mois.

À savoir :
Vous ne recevrez pas votre indemnisation dès le premier jour suivant la fin de votre contrat. Vous devrez attendre un délai de carence avant de percevoir l'assurance. Il dépend notamment du nombre de jours de congés qu'il vous reste à solder. La nouvelle convention d'assurance chômage entrée en vigueur le 1er juillet 2014 fait passer le délai de carence de 75 à 180 jours maximum avant de toucher les allocations.

Le mécanisme de calcul

Le montant de l'indemnisation mensuelle de l'assurance chômage est calculé en fonction de vos anciens revenus. Basé sur votre salaire journalier de référence (SJR), il correspond à un certain nombre de jours d'allocations.

Votre salaire journalier de référence se calcule en divisant votre salaire de référence par le nombre de jours pendant lesquels vous avez travaillé en tant que salarié, dans la limite de 12 mois.
Votre salaire de référence correspond aux salaires bruts que vous avez perçus chaque mois au cours de votre dernière année d'activité en tant que salarié. Les salaires plus ou moins élevés ne sont pas pris en compte.

  • Il existe 2 formules pour évaluer le montant de l'ARE. On retiendra le chiffre le plus important entre les modes de calcul suivant :
  • 40,4% du salaire de référence brut auquel on ajoute une partie fixe de 11,72 euros par jour (depuis le 1er juillet 2014).
  • 57,4% du salaire journalier de référence brut.

La somme obtenue ne doit pas être inférieure à 28,67 euros par jour. Elle se limite à 75% du salaire journalier de référence.

Les travailleurs à temps partiel peuvent également bénéficier de l'ARE. Un coefficient de réduction est alors appliqué à la partie fixe de l'allocation (11,76€) et à l'allocation minimale (28,67 €) : coefficient de réduction temps partiel = (horaire temps partiel) / (horaire légal ou conventionnel).

Les assurances chômages complémentaires

Pour être davantage protégé contre la perte d'un emploi, vous pouvez également souscrire à une assurance chômage complémentaire.

Bien qu'elle reste légalement facultative, l'assurance chômage privée est fortement recommandée et parfois même exigée lors de la souscription d'un crédit. Souvent proposée à l'occasion d'un prêt immobilier, elle vous protège efficacement en vous aidant à maintenir vos revenus en cas de licenciement ou de cessation d'activité. Ces types d'assurances s'adressent aussi bien aux salariés qu'aux dirigeants et chefs d'entreprise. Il s'agit d'une allocation principale pour les dirigeants et chefs d'entreprise et d'une allocation complémentaire à celle versée par Pôle Emploi pour les salariés.


  • On distingue deux types de contrats principaux :
  • L'assurance perte d'emploi : calculée en fonction de votre salaire, elle compense les baisses de vos revenus en cas de perte d'emploi.
  • L'assurance chômage prêt immobilier : proposée suite à la souscription d'un prêt, elle permet de couvrir partiellement ou totalement les remboursements du prêt en cas de chômage.

Les conditions d'adhésion et d'indemnisation sont sensiblement différentes d'un organisme à un autre.

Sources :

 

Découvrez notre offre d'assurance chômage !

Sur le même thème

famille en papier

Assurance

L'assurance emprunteur

Imaginons l'exemple d'un jeune couple qui souhaite rénover son appartement. Déco, travaux et achat de nouveaux meubles … Pour financer son projet, il envisage de souscrire un prêt personnel

En savoir plus
Marteau sur clavier

Assurance

Le prêt et l'obligation d'assurance pour l'emprunteur

L’invalidité, l’incapacité de travail ou la perte d’emploi sont autant d’événements qui peuvent entraîner des difficultés pour rembourser les prêts en cours. Ces risques peuvent être couverts par une assurance, tout comme le risque décès. Dans ce dernier cas, l’assureur verse le capital restant dû au décès de l’emprunteur, cette obligation pouvant revenir aux héritiers à défaut d’assurance.

En savoir plus
calculette et stylo

Assurance

Assurance, pourquoi est-ce important ?

Avant de souscrire un crédit, une étude approfondie de chaque dossier est nécessaire. Elle permet de déterminer si l’emprunteur pourra rembourser sereinement ses échéances, sans mettre en péril l’équilibre de son budget.

En savoir plus