Énergie solaire, diagnostic de performance énergétique : tout savoir

Adopter l’énergie solaire dans le cadre d’un habitat individuel aurait semblé irréalisable il y a seulement quelques années. Mais la baisse considérable des coûts de fabrication et les coups de pouce financiers et fiscaux des pouvoirs publics la rendent désormais plus accessible.
Et passer à l’énergie solaire, c’est aussi vouloir s’inscrire dans une démarche facilitant les économies d’énergie. Dans cette optique, nous vous renseignons également sur le diagnostic de performance énergétique, qui vous permet d’en savoir davantage sur vos installations actuelles avant de commencer vos travaux. Comment financer vos travaux ? Quelles sont les aides disponibles ? Nous vous accompagnons efficacement afin de répondre à toutes vos questions.

La première étape : faire réaliser un diagnostic de performance énergétique

Avant de commencer vos travaux d'économie d'énergie, il faut définir si votre logement est énergivore. Pour le savoir, vous pouvez contacter un expert qui réalisera chez vous un diagnostic de performance énergétique (DPE) sur les équipements suivants :

  • Systèmes de chauffage et de refroidissement
  • Production d'eau chaude sanitaire
  • Ventilation.

Selon les résultats de votre DPE, vous pourriez être amené(é) à effectuer différents types de travaux pour réduire votre consommation d'énergie :

  • Isolation (refaire les joints des fenêtres, renforcer l'étanchéité du toit ou améliorer l'isolation par l'extérieur).
  • Ventilation (réchauffement de l'air extérieur pénétrant dans le logement pour éviter les déperditions de chaleur).
  • Installation d'une pompe à chaleur (système prélevant la chaleur de l'air extérieur pour chauffer votre intérieur).
  • Chauffage (entretien, installation d'appareils de programmation et de régulation, changement d'une ancienne chaudière pour un appareil à meilleur rendement).

Comment associer économies et réelle plus-value pour votre logement ?

Selon les travaux réalisés, vous économiserez sur différents postes de dépenses :

  • Après réfection du toit, votre facture liée au chauffage connaîtra une baisse pouvant aller jusqu'à -50%.
  • Une nouvelle chaudière entraînera une diminution de vos dépenses d'énergie pouvant atteindre -65%.
  • Un système qui utilise l'énergie solaire vous permettra de produire votre propre électricité tout en bénéficiant d'un crédit d'impôt.
  • Par ailleurs, si vous êtes propriétaire, des travaux d'économie d'énergie augmenteront la valeur de votre bien immobilier.

Comment financer vos travaux d'économies d'énergie ?

Différents crédits et aides sont disponibles en fonction du type de travaux à effectuer et du montant nécessaire à sa réalisation.

  • Le prêt personnel : financement d'un projet ou de travaux pour un budget maximum de 75 000€.
  • Le crédit renouvelable : financement de petits travaux ou financements imprévus.
  • L’écoprêt à taux zéro : financement réservé aux seuls travaux d'économie d'énergie. Prêt de 7 000 à 50 000€.
  • Les incitations de l’État : baisse de la TVA de 19,6 à 5,5% pour certains travaux, crédit d'impôt « Développement durable » (déduction fiscale des sommes dépensées au titre de travaux d'économie d'énergie, plafonnée en fonction de la situation fiscale du demandeur), aides de l'ANAH (Agence nationale de l'habitat) sous forme de primes ou subventions pour l'amélioration d'un logement (montants divers).

Un prêt personnel pour les petits projets ou les gros chantiers

Un prêt personnel peut être utilisé pour des petits projets comme pour des travaux d'économie d'énergie d'envergure. Cumulable avec l'écoprêt à taux zéro et les incitations de l'État, il vous garantit :

  • Des mensualités fixes et prélevées à la date de votre choix
  • Un taux fixe
  • La possibilité de moduler à la hausse ou à la baisse vos remboursements et d'en reporter certains.

Il existe deux types de prêts amortissables :

  • Le prêt personnel non affecté permet de financer des projets sans avoir à justifier de l'utilisation des sommes empruntées.
  • Le prêt affecté est dédié à un projet défini sur le contrat de crédit. Contrairement au prêt non affecté, il est lié au contrat de vente des biens ou prestations concernant votre projet. De ce fait, en cas d'annulation de la vente, le contrat de crédit est automatiquement annulé.

Un crédit renouvelable pour les petits travaux et l'entretien

Le crédit renouvelable vous permet de disposer d'une somme d'argent utilisable librement. Il se reconstitue au fur et à mesure de vos remboursements. Ce prêt vous aidera à financer vos dépenses imprévues et vos petits travaux d'économie d'énergie, ou en lien avec la mise en place de systèmes à l’énergie solaire, par exemple :

  • Entretien régulier de votre système de chauffage
  • Installation d'appareils de régulation et de programmation
  • Réfection des joints de fenêtres
  • Remplacement pour un chauffe-eau à énergie solaire...

L'écoprêt à taux zéro, une aide de l'État pour les propriétaires

L'écoprêt à taux zéro représente un prêt sans intérêts, aidé par l'État et accessible sans condition de ressources : vous remboursez simplement la somme empruntée. Il est octroyé après examen de votre dossier par des établissements ayant signé une convention avec l'État. Toutefois, ce prêt n'est déblocable que pour :

  • Un bouquet de travaux d'isolation et de chauffage définis.
  • Des travaux d'amélioration globale de la performance énergétique de votre logement.

Pour en savoir plus sur les travaux financés par l'écoprêt à taux zéro et les conditions d'obtention de ce prêt, rendez-vous sur le site de l'ADEME.

Sachez aussi que vous devrez effectuer les travaux prévus dans les 2 ans qui suivent l'octroi du prêt. Vous aurez à fournir les factures prouvant leur réalisation.

Quelles sont les autres aides et incitations de l'État ?

Il est possible de bénéficier d'une TVA à 5,5% pour :

  • L'achat et l'installation de systèmes de production d'énergie renouvelable (solaire, hydraulique ou éolien)
  • Des travaux d'isolation thermique
  • L'amélioration d'un système de chauffage.

Ces travaux doivent concerner obligatoirement un logement achevé depuis plus de deux ans. Ils doivent aussi être réalisés par des professionnels qui appliqueront la baisse de TVA directement sur leur facture. Pour en savoir plus sur la baisse de TVA à 5,5%, visitez le site de l'ADEME.

Pour vos travaux d'économie d'énergie, vous pouvez aussi profiter du crédit d'impôt développement durable. Il s'agit d'une déduction fiscale consécutive à la réalisation de vos projets.

Baisse de TVA et crédit d'impôt sont par ailleurs cumulables avec des crédits à la consommation.

Enfin, certaines aides de l'ANAH sont destinées aux travaux d'amélioration du confort thermique des logements de plus de 15 ans. Elles aident les propriétaires et copropriétaires, sous conditions de ressources.

Télécharger le guide des aides de l'ANAH.

Vous pourrez bénéficier du cumul du crédit d'impôt et de l'écoprêt à taux zéro si chacun de ces dispositifs participe au financement de travaux différents.

Changer pour le solaire : quelle place occupe cette énergie en France ?

En dépit de la forte médiatisation des solutions préconisant l’utilisation de l’énergie solaire, celle-ci reste encore sous-employée en France par les particuliers.

  • En 2020, le parc solaire de France métropolitaine n’a représenté que 2,5% de la production totale d’électricité du pays.
  • On note tout de même une nette augmentation puisqu’en 2010, la part de la production brute d’électricité n’était que de 0,11%.
  • Les régions au sein desquelles la production solaire demeure la plus importante sont la Corse, la Nouvelle-Aquitaine, l’Occitanie et Provence-Alpes-Côte d’Azur. Des régions bénéficiant toutes d’un fort ensoleillement l’été, voire tout au long de l’année.

La solution du chauffe-eau solaire individuel

Avec le solaire, les émissions de CO2 sont inférieures de 90% à celles d’une source d’énergie traditionnelle au charbon ou au fioul. Un chauffe-eau solaire fonctionne selon le principe d’un tuyau rempli d’eau chauffée par le soleil. Les calories sont ensuite envoyées dans un ballon de stockage. Un tel système permet de fournir de 40 à 70% des besoins en eau chaude d’une maison.

Il faut compter un budget d’environ 6 000€ pour une telle installation, généralement posée sur la toiture de la maison.

À SAVOIR : Les installations solaires bénéficient d’un crédit d’impôt pouvant aller jusqu’à 25% du montant de la dépense, dans la limite de 8 000€ pour une personne seule et 16 000€ pour un couple. De plus, pour une habitation de plus de 2 ans, le taux de TVA est à 5,5% à condition que l’entreprise qui vend le matériel en assure aussi la pose. Signalons également que de nombreuses collectivités territoriales, en particulier les régions, proposent des aides supplémentaires.

Qu’est-ce que les systèmes solaires combinés ?

Les installations solaires combinées sont plus coûteuses, mais adaptées à des régions froides et ensoleillées. Elles permettent de fournir environ 40% des besoins en eau chaude d’une famille. L’ensemble doit être complété par un chauffage d’appoint traditionnel.

Une installation modeste peut coûter jusqu’à 10 000€. Si le coût peut freiner l’investisseur, il faut savoir que dans les pays nordiques, pourtant plus froids que nos régions tempérées, ces systèmes sont utilisés couramment.

Photovoltaïque : quelles sont les choses à savoir ?

Le photovoltaïque représente le summum dans le domaine du solaire puisqu’il permet de produire directement de l’électricité à partir de l’énergie solaire. Si une famille produit davantage d’électricité qu’elle n’en consomme, EDF a l’obligation de racheter ce surplus. La somme ainsi récupérée n’est pas imposable au titre de l’impôt sur le revenu.

Les panneaux photovoltaïques font partie intégrante du bâti de la maison. Il est donc important d’en déclarer la valeur à son assurance au titre de la multirisque habitation.

À SAVOIR

Preuve de la montée en puissance du photovoltaïque, la Fédération française du Bâtiment a donné naissance en 2010 au premier groupement des métiers du photovoltaïque. Cette entité contribue à former les professionnels du photovoltaïque pour mieux en maîtriser les techniques. Un bon point pour le consommateur.

Quelles sont les aides financières pour la production d'électricité solaire ?

L'obligation d'achat

L’obligation d’achat permet aux particuliers d’injecter de l’électricité sur le réseau et de la vendre à un acheteur à un prix fixé par la loi. Si vous êtes producteur photovoltaïque, vous pouvez ainsi vendre tout ou partie de l’électricité que vous produisez.

À SAVOIR

Les tarifs d’achat sont fixés par arrêté et évoluent chaque trimestre.

La prime à l'autoconsommation photovoltaïque

Cette prime est associée au fait de consommer sa propre production d’électricité à partir d’énergie solaire. Ainsi, les installations qui permettent l'autoconsommation sont éligibles à une prime à l'investissement. Cette prime est dégressive et variable en fonction de la puissance de l'installation. Elle est également répartie sur les cinq premières années de fonctionnement. Elle est versée automatiquement par « EDF Obligation d’Achat » en même temps que les revenus générés par la vente de votre surplus d’électricité.

Pour exemple, une puissance d’installation comprise entre 3 et 9 kilowatts-crête (kWc) engendre une prime de 290€/kWc. Là encore, les montants des primes sont mis à jour tous les trimestres.

À SAVOIR

Afin de pouvoir autoconsommer son électricité, il faut en règle générale installer des panneaux solaires sur le toit de son habitation. Un compteur communicant permet de mesurer à la fois la production injectée sur le réseau et la consommation soutirée d'électricité.

Comment bénéficier des aides financières liées à l’énergie solaire ?

Le montant de la prime et du tarif initial d'achat est fixé au moment de la demande de raccordement auprès du gestionnaire du réseau. Ils ne sont effectifs qu'après la mise en service de l'installation et la signature du contrat d'achat, qui est conclu pour une durée de 20 ans.

À SAVOIR : Afin de pouvoir bénéficier des aides publiques, vous devez obligatoirement faire appel à une entreprise qualifiée pour :

  • Une installation de moins 9 kWc (depuis le 01/10/2017)
  • Une installation de moins de 100 kWc (depuis le 01/01/2018).

Doit-on payer des impôts sur ses revenus liés à l’énergie solaire ?

Il est possible de bénéficier d'une exonération d'impôt sur le revenu si votre installation permettant de produire de l’électricité à partir de l’énergie solaire remplit les trois conditions suivantes :

  • Sa puissance est inférieure à 3 kWc
  • Elle est raccordée au réseau public en deux points au plus
  • Elle n'est pas affectée à l'exercice d'une activité professionnelle.

Dans le cas où votre installation serait supérieure à 3 kWc, les revenus que vous pourriez tirer de la vente d'électricité deviendraient imposables à l'impôt sur le revenu (dans la catégorie des bénéfices industriels et commerciaux (BIC)).

Besoin d'un financement pour réaliser vos travaux ?

Découvrez notre offre de crédit travaux

Sur le même thème